16/09/2013

Au-delà de la nausée

Cela ne pouvait pas manquer. Le médiateur se trouve une fois de plus (une fois de trop) confronté aux questions que se pose le public après un acte criminel abominable. Sur quels fondements, juridiques, déontologiques repose le traitement réservé par les médias à l’auteur présumé, à la victime? Le dire sans attendre: les considérations attendues du médiateur consistent à disséquer froidement des pratiques professionnelles, alors que l’émotion qui saisit chacun ne l’épargne pas non plus. De telles observations s’apparentent aux actes d’un médecin légiste. Comme ce fut le cas le printemps dernier, lors du meurtre de Marie, il est impossible de se saisir de telles questions sans devoir surmonter un tenace sentiment de nausée.

Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.