26/01/2015

Otages: la responsabilité des télévisions en continu

Le déroulement des événements qui ont suivi la tuerie de Charlie Hebdo se précise peu à peu. Tout n’est pas élucidé à ce jour. Le dernier mot n’est pas dit non plus sur la responsabilité des médias qui ont assuré la couverture des événements en direct. Deux débats sont apparus: les interférences entre l’action policière et les activités médiatiques et, surtout, la mise en danger des otages retenus par les terroristes.

Sur ce second aspect, une déclaration a fait le tour des médias. Elle émane de la compagne d’un otage retenu au supermarché casher de la porte de Vincennes, qui déclara après le dénouement: «Vous avez failli faire une grosse erreur, BFM. Vous étiez en direct avec les gens qui étaient dans la chambre froide. Ils vous ont dit qu’ils étaient six en bas, avec un bébé. Et deux minutes après, c’est passé sur BFM. Et le terroriste a regardé BFM…  Heureusement qu’il n’a pas vu la bande, sinon mon mari et les cinq autres étaient morts.»

Que répond le directeur de la rédaction de la chaîne?

 
Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquer ici.

11:38 Publié dans Médias | Lien permanent | Commentaires (0)

15/01/2015

"Charlie" et la satire: sans limites, vraiment?

L’assassinat de dessinateurs connus et de collaborateurs de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, le meurtre de sang-froid de policiers et d’anonymes surpris au mauvais moment au mauvais endroit, tout cela déclenche dans l’opinion publique une émotion durable, d’une rare intensité. Les manifestations du 11 janvier resteront dans les mémoires.

Face à un déluge de paroles, de mots et d’images sur la liberté d’expression, la démocratie et la République, est-il possible d’échapper à la fascination de l’événement monstre pour revenir humblement à son point de départ: les conditions de la satire dans nos sociétés?

Dans plusieurs médias, on a fait grand cas dans les premiers jours de la volte-face du Financial Times, qui a jugé « stupides » les provocations de Charlie Hebdo, avant de s’amender sous la pression de ses lecteurs. On s’est étonné de la retenue du Guardian, qui a accordé un don en argent à l’hebdomadaire satirique, sans se sentir tenu de reproduire par solidarité les caricatures litigieuses. On n’a pas compris non plus qu’un autre phare de l’information mondiale, le New York Times, ait masqué les mêmes images en recourant au «floutage».

Cette réserve s’explique par des facteurs sociaux (la composition de la société britannique) ou politiques (la toute-puissance américaine, dispensée d’ajouter le défi à la force). Elle signale de plus un paradoxe ancien et tenace.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.