26/05/2015

Un médiateur trop indulgent face aux dérives des médias?

Les relations du médiateur avec les lecteurs sont plutôt gratifiantes. Il leur arrive même de déboucher sur des remerciements. Elles ne lui épargnent pas, parfois, un sentiment d’inachevé.

Ainsi cette réaction d’un internaute à la suite du dernier billet sur le récit fictif d’un viol dans une université américaine. Le «bidonnage»  a valu au magazine Rolling Stone une sévère condamnation par un rapport de l’Université de Columbia.

De ce montage inadmissible, le médiateur a retenu le principal ressort: le recours par l’auteur de l’enquête à des pseudonymes concernant les protagonistes, non signalés comme tels au lecteur. Le procédé a dispensé la journaliste de les rencontrer et de les confronter au récit de la prétendue victime. Saisie au vol d’une remarque du rapport: «Les pseudonymes sont fondamentalement indésirables dans le journalisme».

Le médiateur a cru bon de pondérer cette affirmation (...)

L’apport de ces nuances sur le recours au pseudonyme a été jugé intolérable par un internaute: comment peut-on s’arrêter à de tels détails, alors que l’article de Rolling Stone provoque un véritable scandale, que ni son auteur ni sa hiérarchie n’ont été à ce jour sanctionnés (une action en justice toute récente est en cours), que le rapport de l’Université de Columbia est accablant?

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

10:49 Publié dans Médiation | Lien permanent | Commentaires (0)

07/05/2015

Rolling Stone: une enquête "bidon"

Ce n’est pas une histoire d’ici. Elle nous vient des Etats-Unis. Elle raconte un viol commis à l’université de Virginie. Le récit est publié par le bi-mensuel Rolling Stone, en novembre 2014. Plusieurs cas de viols sur les campus universitaires font alors grand bruit dans les médias. La rédactrice en chef du magazine entend se concentrer sur le cas, le décortiquer, l’ériger en exemple.

La journaliste chargée de l’enquête commence par prendre contact avec une association d’aide aux victimes de viol à l’université de Virginie. Elle rencontre une jeune femme prête à témoigner sous pseudonyme.

Le viol a pour contexte une fête entre étudiants. Jackie raconte. L’entretien n’est pas bâclé: la journaliste échange avec sa source à sept reprises, par téléphone et en direct. Elle croit fermement au récit de la jeune femme. Elle reçoit le soutien de sa rédaction en chef et de l’équipe des vérificateurs de faits du magazine. Le reportage paraît.

Problème: le récit est presque exclusivement fondé sur le témoignage de Jackie. Il suscite des réactions. La société d’étudiants organisatrice de la fête conteste les faits, la police n’est pas en mesure de confirmer. Ebranlée, la journaliste informe sa hiérarchie de ses doutes. Il semble qu’elle a été manipulée.

 
Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.