11/06/2015

La sensation peut se glisser partout

«Le sensationnalisme est-il inhérent au métier de journaliste?» C’est la question que pose au médiateur une étudiante aux prises avec la rédaction d’un mémoire. Voilà le genre de question désagréable, qui met la profession sur les pattes de derrière. Il est difficile d’y répondre tout-à-trac.

Bernard Béguin, disparu il y a moins d’un an, propose dans son livre Journaliste, qui t’a fait roi? cette définition fine de la sensation: «L’escalade des stimulations qu’un journal croit nécessaire d’appliquer à l’épiderme de son public pour le faire réagir».

Cet ancien rédacteur en chef du Journal de Genève  signale la relativité de la notion. La sensation dépend du journal et de son projet rédactionnel. Elle dépend tout autant du public et de l’épaisseur de son épiderme.

Le choix et la présentation des nouvelles s’organisent autour de quatre principaux critères: leur actualité, leur intelligibilité (elles doivent être comprises), leur proximité (elles doivent être proches des intérêts du public), leur capacité de toucher les gens. La sensation se fraie un chemin dans cette suite. Elle apparaît comme le moyen le plus courant, sinon le plus légitime, d’assurer la réception de l’information par le public.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.