28/08/2015

Photos litigieuses de gens ordinaires

L’image est-elle en voie de stérilisation dans les médias? Des visages floutés sont de plus en plus présents, sur des photographies de presse aussi bien qu’au cours de séquences de télévision (de manière peu cohérente lors du journal de France 2, le soir de l’affaire du Thalys). Ils altèrent la lisibilité de l’information, la réalité des événements et de leurs acteurs. Dans la presse, les images de lieux publics où figurent des gens ordinaires se font plus rares et plus précautionneuses.

Les médias sont tenus au respect d’un droit à l’image, qui suppose que l’acte de photographier une personne, à plus forte raison de publier sa photographie, passe par une demande d’autorisation. A défaut, ils essayent d’esquiver en protégeant la personne par un brouillage numérique.

Le droit à l’image appartient à la protection de la personnalité de chacun. Il n’a cessé de se renforcer du fait de l’évolution de la jurisprudence et des normes déontologiques du journalisme, non sans de justes motifs.

 
Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici. 

15:35 Publié dans Images | Lien permanent | Commentaires (0)

13/08/2015

Le maillot de bain de la discorde: quel emballement!

Dans les bagages, au retour de vacances, une histoire minuscule. Elle vient de France et n’a pas manqué de se faufiler déjà sur les réseaux sociaux et même de passer par quelques autoroutes de l’information.

 

Elle se déroule à Reims, dans le parc public Léo-Lagrange. Trois demoiselles prennent l’air, vêtues d’un short et d’un haut de maillot de bain. La tenue n’est pas très urbaine, mais elle est décente et de saison. Un groupe de jeunes filles passe à proximité. L’une d’elles s’indigne: «Allez vous rhabiller». Réaction immédiate de l’une des demoiselles apostrophées. Echange d’insultes. Cela tourne au crêpage de chignon. La police intervient.

Trois jours plus tard, dans son édition de fin de semaine, le journal local L’Union raconte l’incident. Il rapport les faits, non sans les nourrir d’un commentaire de son cru. De la jeune femme qui se rebiffe, il écrit qu’elle est «effarée par un tel comportement aux relents de police religieuse».

C’est aussitôt l’emballement sur les réseaux sociaux. L’Union a beau retirer de son site les quelques mots malheureux, la mèche est allumée. Le maire de Reims dénonce une agression «intolérable sur notre territoire». Le délégué interministériel à la lutte contre le racisme en appelle à «des sanctions exemplaires». Le vice-président du Front national affirme sur son compte Twitter que la victime a été «lynchée car vivant à la française».

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.