18/04/2016

Commentaires sur l'internet: excès et défaillances

L’attention requise de votre médiateur au sujet de la modération des commentaires sur les sites des journaux est permanente. Elle l’a déjà conduit à se demander s’il n’y laissait pas trop de temps et d’énergie. D’autres thèmes, plus directement liés aux pratiques journalistiques et médiatiques, paraissent plus substantiels et davantage dignes de soins. Il trouve donc un réconfort certain à la lecture d’une récente chronique de l’actuel médiateur du Monde, Franck Nouchi. Il y découvre, à l’identique, l’ensemble des questions que pose depuis dix ans le développement de cette forme d’interactivité sur l’internet.

Le médiateur des titres de Tamedia n’est donc pas le seul à recevoir de nombreuses réclamations concernant la modération des commentaires. Pas le seul à faire face à des accusations de laxisme, pour ne pas dire de complicité, lorsque paraissent des propos jugés inadmissibles. Pas le seul, à l’inverse,  à devoir répondre d’une prétendue censure imposée  à certains participants aux forums de discussion. Pas le seul enfin à fournir des explications à des lecteurs critiques, qui s’interrogent sur le fonctionnement du dispositif de régulation.

Ces aspects sont régulièrement abordés dans des correspondances particulières, en réponse à des réclamations. Ils l’ont été plus d’une fois sur la Page du médiateur. Ils le sont en début d’année, depuis que les rédactions des quotidiens de Tamedia (24 heures, Tribune de Genève, Le Matin) ont choisi de confier la modération à une société française spécialisée, Netino. Ils sont alors référés aux données de l’exercice écoulé, consignées dans un rapport.

Or il se trouve que cette même société modère les commentaires des lecteurs de plusieurs titres de presse français, dont les divers supports du Monde.fr. Il existe cependant de notables différences quant au champ de la modération.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

07/04/2016

Le choc de la photo

Publier ou ne pas publier.

Hier, c’était le corps sans vie d’un petit garçon de trois ans, échoué sur une côte turque. Image bouleversante par une attitude d’innocent abandon, celle des enfants endormis.

Aujourd’hui, c’est une femme hébétée, partiellement dévêtue, après les explosions à l’aéroport bruxellois de Zaventem. Elle est en soutien-gorge, sous les lambeaux d’une veste jaune. Les bourrelets de son abdomen s’abandonnent sur la ceinture de son pantalon. Elle est privée de toute dignité, au contraire de sa voisine, tenant un téléphone portable de sa main ensanglantée. Elle n’y peut rien.

La photo de Zaventem est prise par Ketevan Kardava, une journalistes de la télévision publique géorgienne, qui se trouve sur place. Tenue pour emblématique,  elle fait le tour des médias. L’effet produit sur le public dépend comme souvent de l’emplacement de l’image, de ses dimensions, de son cadrage. La Tribune de Genève et 24 heures ont choisi de la publier en page intérieure, en format moyen, sous une autre image de détresse individuelle, plus grande mais moins chargée. Le Matin la retient pour sa page de couverture. Dans Le Monde, sa publication en deuxième page, mais en grand format, fait débat.

Le dilemme est évident. La photographie dit aussitôt l’horreur, sans en montrer les pires aspects, les corps déchiquetés, les membres arrachés. Or l’horreur doit être dite, le public a le droit de la connaître. En même temps, la brutalité de l’événement ne prive quiconque de son droit à l’image. Malgré son état, la victime peut attendre des médias un certain respect.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

15:20 Publié dans Images | Lien permanent | Commentaires (0)