25/07/2016

Rencontres d'Arles: Rien que du ciel bleu

De toutes les expositions présentées aux Rencontres de la photographie, cet été à Arles, Nothing but Blue Skies ne compte pas parmi celles qui ont retenu l’attention la plus vive des médias. C’est un peu paradoxal, puisqu’elle parle d’eux. Cela s’explique pourtant. Par la thématique: l’attaque contre les tours jumelles de New York, le 11 septembre 2001, a déjà fait l’objet d’innombrables traitements. Par la place laissée à l’image photographique: elle n’est pas ici support d’un sujet, elle est le sujet lui-même, traité en surplomb par plusieurs artistes contemporains.

Cette relecture n'est pourtant pas superflue. Elle est une étape à ne pas manquer dans le stimulant parcours des Rencontres. Elle incite le visiteur à s’interroger sur la relation entre l’événement, son image médiatique et sa propre perception de la réalité. La multiplication d’actes terroristes la rend plus nécessaire que jamais. Que nous disent les images, de quelles réalités parlent-elles, de quels mots sont-elles accompagnées?

Le titre de l’exposition présentée au Capitole reprend celui d’une ancienne chanson d’Irving Berlin, qui parle d’un beau jour de ciel bleu. Le même que découvraient les Newyorkais le matin d’un certain 11 septembre.

Elle s’ouvre sur une salle tapissée de premières pages de quotidiens du monde entier, conçue par Hans-Peter Feldmann. La confrontation est passionnante. Les tours en flammes sous l’impact des avions dominent, reprenant les images diffusées en boucle par les chaînes de télévision. Par leur grosseur, par leur sens, les titres en infléchissent la perception. Contrairement à l’idée reçue, l’image ne parle pas d’elle-même. Ici, on évoque l’apocalypse. Là, on porte sur des nuages de cendre et de poussière ces simples indications: «10 h 02 le matin 11 septembre 2001» (10.02 am September 11 2001).

Il est vrai que le Times n’a pas choisi l’image la plus convenue. Contrairement à d’autres «Unes», que le temps a banalisées, celle du quotidien londonien, dont l’atmosphère n’est pas sans rappeler Turner, conserve une grande force symbolique.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

12:57 Publié dans Images | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2016

Accidents mortels et commentaires déplacés

Une lectrice de Monthey se dit outrée par la publication de commentaires envoyés par des internautes à la suite d’accidents mortels. Elle prend pour exemple récent la mort d’une jeune fille sur un passage protégé à Vevey, dans les premiers jours de juillet.
Un certain nombre de réactions parvenues sur le site du Matin mettent en cause, en effet, l’un ou l’autre des protagonistes, alors que les circonstances de l’accident ne sont pas encore établies et sans égard pour leurs proches.
L’information du Matin s’illustre pourtant par la plus grande sobriété. Le journal, dans sa version papier comme sur le Web, observe les normes déontologiques. Celles-ci recommandent de peser avec soin le droit du public à être informé et les intérêts des victimes et des personnes concernées.
Des quelque soixante commentaires figurant en ligne deux jours après l’accident, quelques-uns sont déplacés, ou même stupides. Ils ne paraissent pas dépasser pour autant les limites ordinairement admise dans le courrier des lecteurs et sur les forums. Selon une directive de la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes, les lecteurs et internautes se voient accorder la liberté d’expression la plus large possible. Il faut une violation manifeste des normes de la déontologie journalistique pour qu’un commentaire soit écarté. Il appartient au modérateur d’y veiller.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.