24/03/2017

La photo de l'année au cœur d'un conflit d'interprétation

La scène se déroule dans une galerie d’art d’Ankara. Le 19 décembre 2016, l’ambassadeur de Russie est assassiné par un membre des forces de sécurité turc. Le meurtrier se réclame du djihad, en réaction à la prise d’Alep. Il sera abattu. Filmée en direct, la séquence est diffusée dans le monde entier. Comme souvent, c’est une image, une seule, qui cristallise l’événement: une photographie de Burhan Özbilici (Associated Press). World Press vient de lui attribuer le titre de «photo de l’année».

L’un des membres du jury, Stuart Franklin, a critiqué ce choix dans une tribune du Guardian. Selon lui, la notoriété du World Press amplifie le message du terroriste. «C’est la photographie d’un meurtre, d’un meurtrier et d’une victime, les deux présents sur la même image». Ainsi glorifiée, la photographie de l’assassinat  a le même impact que les images de décapitation mises en scène par Al-Qaïda ou l’organisation Etat islamique.

Stuart Franklin rejoint l’opposition exprimée depuis quelques années par de nombreux médias aux images de scènes sanglantes, dont la diffusion contribue à répandre la peur et fait le jeu du terrorisme.

La méfiance s’est étendue plus récemment à la reproduction de simples portraits de terroristes impliqués dans des attentats, souvent pris hors contexte : jeunes souvent, l’attitude plutôt avenante. De telles images sont promises au statut d’icône par d’éventuels disciples.

Spécialiste du photojournalisme et professeur à l’Université du Québec, Vincent Lavoie exprime un autre avis dans un entretien accordé au Monde. La «photo de l’année» lui paraît marquer une évolution du regard sur les pratiques des photographes de presse. Plus précisément, un retour à une vision moins elliptique de l’événement, à un traitement plus frontal.

Le professeur canadien relève que la scène n’est nullement orchestrée, au contraire des décapitations d’otages, que l’image est la saisie d’un moment imprévisible de l’actualité. La photo primée n’est pas  complaisante. L’angle de vue, sans doute aussi par l’effet du hasard, laisse caché le visage de l’ambassadeur assassiné. Aucune trace de sang n’est visible. D’autres images de l’assassinat sont plus douteuses.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

14:50 Publié dans Images | Lien permanent | Commentaires (0)

08/03/2017

Médias: une confiance en baisse

La crédibilité des médias est en débat. Ce n’est pas nouveau. Ce qui l’est davantage, c’est le contexte: adaptation aux nouvelles technologies, déplacement des sources de revenu, crise de rentabilité, menaces sur la viabilité de titres de presse écrite. La Suisse romande n’y échappe pas.

En France, tous les médias ont vu leur crédibilité baisser dans l’opinion l’an dernier. La radio, tenue pour le média le plus crédible par nos voisins comme par d’autres, subit une perte de trois points. Plus de la moitié des personnes interrogées (53%) continue cependant d’accorder sa confiance aux informations qu’elle diffuse. Les baisses sont plus sensibles du côté des journaux (7 points de moins, au niveau de 44%) et de la télévision (9 points de moins, à 41%).

Le sondage a été réalisé début janvier 2017. Il est paru un mois plus tard dans le quotidien La Croix. Cela fait trois décennies que ce journal publie son baromètre annuel. L’enquête porte sur un échantillon de quelque mille personnes majeures. Dès l’origine, elle est confiée à la Sofres (Société française d’enquêtes par sondages), devenue Kantar TNS en 2016.

Sur la durée, elle permet d’observer des évolutions intéressantes. Au début, la télévision était tenue pour le média le plus digne de confiance: «C’est vrai, je l’ai vu à la télé». Selon l’enquête réalisée en 1989, les deux tiers (65%) des personnes interrogées considéraient encore que les choses s’étaient passées « vraiment » ou « à peu près » comme elle les avait relatées. La radio suivait alors de près (63%) et la presse à quelque distance (55%). Comparés aux chiffres enregistrés en 2017, les écarts sont sensibles. Et le classement entre les médias a changé.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.