22/05/2017

Une méfiance ancienne, une virulence nouvelle

En 2016, la totalité des critiques substantielles (qualité journalistique et respect de la déontologie) adressées au médiateur à propos des deux quotidiens régionaux de Tamedia en Suisse romande, la Tribune de Genève et 24 heures, est venue de lecteurs des journaux imprimés. Et non des utilisateurs des versions en ligne. La tendance est confirmée par les lecteurs critiques du Matin. Ils restaient, de peu, plus nombreux l’an dernier à se manifester à partir du journal sur papier que de ses éditions numériques.

 Le lecteur demande des comptes à son journal. Il s’adresse à l’auteur d’un article, au rédacteur en chef, il rédige une lettre pour la page dévolue au courrier. Ou il recourt au médiateur. Il manifeste ainsi son exigence. Et dans le même mouvement, son attachement. Sur le Web, l’utilisateur exprime directement son mécontentement. Cela lui suffit, il n’attend rien de plus. Et si le vent l’y pousse, il va voir ailleurs.

 D’où une question simple: est-ce que la diminution de l’audience des journaux papier aura pour effet l’extinction des réclamations et des questions de fond touchant les choix rédactionnels et les pratiques journalistiques?

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

 

09:54 Publié dans Médiation | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.