09/07/2018

Questions d'images: de Trump au pistolet suisse

La page de couverture retenue par le magazine américain Time pour son édition du 2 juillet a déclenché avant même parution une vague d’émotion aux États-Unis. Face à face, une petite fille en larmes et le président Trump, accompagnés du titre « Welcome to America » (Bienvenue en Amérique).

La photo est un montage. Elle illustre une politique migratoire dure impliquant la séparation des enfants et de leurs parents à la frontière du Mexique. Donald Trump finit par reculer : les familles ne sont plus séparées ; à ce jour, le passage vers l’Amérique du Nord n’en reste pas moins verrouillé.

La fillette de deux ans est originaire du Honduras. La photographie est prise le 12 juin au Texas par un reporter de l’agence de presse Getty Images, alors que la mère de l’enfant se fait contrôler par un agent de la police des frontières. Reproduite en « Une » par le New York Times et diffusée sur les réseaux sociaux, elle fait le tour du monde.

Le petite Yanela devient un symbole. Comme autrefois l’enfant décharné guetté par un vautour, lors de la terrible famine de 1993 au sud du Soudan. Ou plus récemment le corps sans vie du petit Aylan sur une plage de Bodrum, en Turquie.

Personne ne doute à première vue de l’artifice en « Une » du Time : à la notoriété même de la photographie originelle s’ajoutent l’absence de décor ou de contexte, le recours à un fond rouge uni. Mais la puissance symbolique est écornée : selon une enquête du Washington Post,  Yanela n’a pas été séparée de sa mère. Les partisans de Donald Trump dénoncent une fake news.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.