01/05/2019

Une toile de trente ans ou les illusions perdues

Il s’est dit «dévasté» par l’affaire Cambridge Analytica, quand les données personnelles de 80 millions d’«amis» ont été transmises par Facebook à une société d’analyse mandatée par Donald Trump. Il s’est inquiété de constater que nos données personnelles sont désormais «conservées dans des silos propriétaires, loin de nous» et que nous n’avons désormais «plus de contrôle direct sur elles». Il s’est alarmé que les entreprises numériques collaborent avec les gouvernements, si bien que «chacun de nos mouvements en ligne peut être observé» et que les régimes répressifs en abusent. Il a déploré que la désinformation se répande sur le Web «comme une traînée de poudre».

Encore un passéiste grognon, un nostalgique de la lampe à huile, un dévot anachronique de Gutenberg, un contempteur d’écrans, imperméable aux bienfaits de la communication numérique? Non. Un monsieur qui s’appelle Tim Berners-Lee, l’ingénieur britannique de l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire qui inventa en 1989 le «world wide web», fabuleux outil numérique de communication, d’échange et de partage. D’abord destiné à l’usage des chercheurs du CERN, le Web se greffera bientôt sur l’Internet, le réseau des réseaux, qui lui assurera un développement planétaire.

La «Toile» est une révolution. Elle repose sur trois piliers principaux. La décentralisation, par l’absence d’un poste de contrôle central. L’universalité, par l’usage d’un langage commun à tous les ordinateurs. La transparence, par l’élaboration d’un code et de normes non définis par un groupe d’experts, mais développés au vu de tous jusqu’à atteindre un consensus. Le leitmotiv de l’inventeur est: «Un seul Web partout et pour tous» (l’énoncé de ce programme conceptuel, ainsi que les propos de Tim Berners-Lee sont repris d’un dossier établi dans Le Monde du 16 février par Frédéric Joignot et intitulé «Les idéaux trahis»).

Berners-Lee ne s’avoue cependant pas battu.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

15:26 Publié dans Internet | Lien permanent | Commentaires (0)