08/07/2019

Le territoire du médiateur: quelques balises

Les contours de l’activité du médiateur ne sont pas clairement dessinés pour tout le monde. Des lecteurs sur papier ou sur écran expriment parfois des attentes qu’il ne peut satisfaire. Ou lui adressent des réclamations qui ne sont pas de son ressort. A chaque fois, l’auteur de ces lignes est désolé de ne pouvoir les contenter. Il est donc utile de poser quelques balises.

La première de ces balises tient à l’étendue du territoire. Non, le médiateur n’est pas voué à répondre au public de tous les médias romands. Il n’est l’interlocuteur que des lecteurs des journaux, magazines et sites numériques francophones appartenant au groupe Tamedia. Son adresse n’est pas la bonne pour les publics de la RTS ou du Temps, d’où lui arrivent des interpellations occasionnelles.

Cette délimitation n’est pas sans nuance. Le médiateur romand de Tamedia ne s’occupe pas du quotidien gratuit 20 Minutes. C’est son collègue alémanique, Ignaz Staub, qui en est chargé. Une autre logique prévaut ici . Non celle du territoire, mais celle de la marque, le titre étant publié en trois langues nationales.

Deuxième balise, le médiateur s’occupe en priorité de traitement journalistique de l’actualité. Il n’a pas pour vocation d’intervenir dans des conflits d’ordre privé, comme une querelle de voisinage ou une dispute d’héritage. Il existe des tribunaux pour cela, ainsi que des offices de médiation.

Il n’est pas chargé non plus d’examiner les demandes d’emploi adressées à l’éditeur, ni de traiter les contentieux concernant les abonnements aux journaux. Dans ces derniers cas, il joue cependant volontiers au facteur, en transmettant les messages aux services concernés.

Troisième balise, et sans doute la plus importante, le médiateur n’intervient qu’après une publication. Il ne lui appartient pas de se mêler du processus de production du journal, de suggérer des thèmes ou des angles dans la rédaction des articles, d’influer sur la ligne éditoriale ou la politique rédactionnelle.

Pour lire la suite dur la Page du médiateur, cliquer ici.