11/08/2020

Covid-19: le courrier des lecteurs fait le plein

Dès la mi-mars, les premiers crépitements. Et puis le feu. Les gens avaient besoin de poser des questions, de réagir, de s’exprimer. Le mouvement s’est aussitôt senti dans la boîte où tombent chaque jour les lettres à la rédaction — manière vieillotte de parler de la messagerie accueillant les courriels des lecteurs.

En réalité, pas si désuète que cela, l’image de la boîte. Le courrier que les lecteurs adressent aux journaux est l’un des fondements historiques de la constitution de cette sphère d’échange que le sociologue et philosophe Jürgen Habermas appelle «l’espace public» (en allemand Oeffentlichkeit). Qu’est-ce que cet espace? Un lieu symbolique d’expression de l’opinion, destiné à discuter la légitimité des décisions prises par les pouvoirs publics [...].

Le philosophe allemand attache une importance décisive à la discussion ouverte dans les colonnes de la presse anglaise au début du dix-huitième siècle. Ainsi, le Tatler est lancé en 1709 avec la prétention de s’adresser aux bons citoyens «qui vivent plus au café que dans leurs boutiques». Il aura de nombreux imitateurs. L’ambition des journaux n’est pas seulement d’alimenter les discussions, mais de s’en faire l’écho. Les lecteurs commencent à prendre l’habitude de leur écrire et les journaux celle de publier leurs messages. Le Guardian organise l’affaire en fixant sur un mur du café Button’s une tête de lion, invitant les habitués à glisser leurs lettres dans sa gueule ouverte.

Les journaux imprimés d’aujourd’hui n’accrochent pas de tête de lion au bistrot. Mais le pli est pris. À la Tribune de Genève et à 24 Heures, tout au long du printemps et jusque dans l’été, le flux du courrier a dépassé la capacité d’écoulement. Des aménagements se sont imposés. Au bout du lac, «la Julie» en est venue à publier certains jours une pleine page de lettres ou deux demi-pages dans une même édition. Dans le quotidien vaudois, la suppression d’une photographie quotidienne a permis de passer sept à huit lettres par jour plutôt que les cinq ou six habituelles. Mais il en arrivait dix à quinze!

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

Les commentaires sont fermés.