18/10/2013

Le médiateur n'est pas...

Le médiateur s’occupe des réclamations au sujet du traitement journalistique de l’actualité, de la hiérarchie des nouvelles, du choix des photographies, de la formulation des titres et des affichettes. Il est à l’écoute des lecteurs et des internautes. Il intervient au besoin auprès des rédactions pour examiner la possibilité de donner satisfaction aux demandes. Il s’efforce d’apporter des réponses aux questions.

Le médiateur n’est donc pas un modérateur. La modération est une fonction propre aux sites des journaux sur l’Internet, et plus largement aux forums et autres espaces de discussion. Le modérateur est celui qui accepte ou refuse les commentaires ajoutés par les internautes aux informations mises en ligne ou en réponse à d’autres interventions. Il est d’ailleurs fréquent que le médiateur soit interpellé à propos d’un acte du modérateur, considéré comme une intolérable censure ou, au contraire, comme la démonstration d’un laxisme coupable.

Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquer ici.

10:53 Publié dans Médiation | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2013

Les mots d'adieu de l'ombudsman du "Post"

L’ultime ombudsman du Washington Post n’est pas parti sans un mot. Le médiateur des publications romandes de Tamedia ne manque pas de voir dans son dernier billet un reflet de ses propres expériences.

Le premier constat établi par Patrick B. Pexton est la place prépondérante occupée dans son activité par des interpellations au sujet des commentaires en ligne. De l’ensemble des réclamations, il retient qu’une personne sur dix critique le fonctionnement même du système et qu’une autre proteste contre la censure de son propre commentaire, considérée comme injuste.

Les autres ? Eh bien, les 80% des plaignants affirment apprécier le principe des commentaires en ligne, tout en dénonçant les contenus haineux, les insultes, les propos racistes, la guérilla idéologique charriés par le flux des réactions «postées» sur le site du journal.

L’expérience de Pexton recoupe celle de l’auteur de ces lignes. Médiateur depuis 1998, pour la seule Tribune de Genève d’abord, pour l’ensemble des titres d’Edipresse dès 2007, et enfin pour les mêmes publications appartenant désormais au groupe Tamedia, il atteste une évolution notable sous l’effet de la communication électronique.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

16:42 Publié dans Médiation | Lien permanent | Commentaires (0)

15/03/2013

Pionnier de la médiation, le "Washington Post" abandonne

Le Washington Post a décidé de se passer désormais de son ombudsman, fonction analogue à celle de médiateur dans la presse francophone. Le journal a nommé à sa place un «représentant du lecteur» (reader representative). Le changement s’est opéré début mars, alors que le dernier titulaire du poste de médiateur, Patrick Pexton, arrivait au terme de son mandat (...)

Pour quelles raisons le changement? Depuis le milieu des années 2000 et l’entrée dans les mœurs du Web 2.0, les lecteurs et le public dans son ensemble ont tout loisir d’exprimer leur mécontentement. Ils ne s’en privent pas et interviennent en ligne directement. Sans passer par le médiateur. C’est ce que fait valoir la direction du Post. En filigrane, des considérations économiques: les blogs et les commentaires des internautes ne coûtent rien à l’éditeur ; l’ombudsman du Post à plein temps occupe, lui, un poste «lourd».

Pour lire l'intégralité de ce billet, cliquer ici.

11:48 Publié dans Médiation | Lien permanent | Commentaires (0)

22/02/2011

WikiLeaks censure aussi!

Juste quelques lignes, tirées des bonnes feuilles du livre de Daniel Domscheit-Berg, Inside WikiLeaks, parues dans Le Temps. "WikiLeaks recevait trop de documents. L'organisation était submergée et contrainte à des choix: quelles fuites rendre publiques?" (...) Beaucoup, sinon tout, a déjà été dit du projet de WikiLeaks, de ses vertus et de ses vices. Les propos de Domscheit-Berg apportent sur l'opération un éclairage très ordinaire, et pourtant relativement peu utilisé jusqu'ici. Les observateurs critiques ont relevé qu'une telle plate-forme participe de la surinformation, qui finit par noyer l'information. Ils ont moins souvent souligné qu'elle reste soumise pour sa part à une surabondance de fuites. Elle est obligée de trier.

Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquez ici.

22/12/2010

Brother Google et la mémoire de la Toile (II)

Une personne occupe dans une administration publique de Suisse romande une fonction importante et visible. Elle démissionne. A la suite de fuites, la presse fait état de réactions et de jugements à son encontre. Sur le moment, celle-ci décide de ne pas riposter, afin de ne pas ajouter à la polémique. Sur la scène publique, le calme revient.
Or, les articles publiés continuent de figurer dans les archives du journal.

Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquez ici.

14/12/2010

Brother Google et la mémoire de la Toile (I)

Un internaute s'exprime, voilà plusieurs mois, sur la venue de Dieudonné à Genève. Il s'agit d'un commentaire mis en ligne sur l'un des blogs de la plate-forme Tribune de Genève. Il s'oppose à l'accueil du personnage. Il le fait à visage découvert, signant de son prénom et de son nom. Sa prise de position lui vaut aussitôt des réactions hostiles et anonymes.

Sur le moment, ça passe. Il se trouve que ça dure. «Aujourd'hui, m'écrit cet internaute, quand on tape mon nom dans Google, on tombe très vite là-dessus». Je vérifie, c'est exact. La discussion autour de Dieudonné arrive en troisième référence du moteur de recherche. Mon correspondant demande donc le retrait de son commentaire.

Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquez ici.

26/11/2010

Pseudonymes sur la Toile: le risque de la coquille vide

La culture de la Toile est fondée sur l'expression libre et multiple. Pour la première fois dans l'Histoire, chacun a la possibilité de s'adresser à tous. Il n'a certes pas l'assurance d'être entendu, ni même perçu. Il est cependant en situation de l'espérer.
De plus, la culture de la Toile repose sur la pratique très répandue de l'usage du pseudonyme.

Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquez ici.

Le titre de cette note a été modifié le 30 novembre 2010.

09/11/2010

Le Conseil de la presse, grain de sable dans la machine judiciaire?

Le Conseil suisse de la presse est-il une entrave au bon déroulement de la justice? La question se pose au cours d'une table ronde concluant un récent colloque à Lausanne. Le bouillant avocat genevois Charles Poncet proclame d'entrée ce qu'il a déjà soutenu dans une lettre ouverte publiée dans L'Hebdo: le plus grand service que le Conseil suisse pourrait rendre à la presse, c'est de disparaître.

Pour lire la suite sur La page du médiateur, cliquez ici.