06/06/2017

Une mort abandonnée à ses mystères

Le suicide d’Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire neuchâteloise, a soulevé dans la presse romande une émotion profonde et partagée. L’homme était unanimement apprécié: ouvert, disponible, atypique, sympathique, imaginatif. Tout ce qui peut séduire un journaliste.

Le lendemain de sa disparition, les titres des quotidiens lémaniques sont d’une commune sobriété. Ils s’en tiennent à la mention du «décès» du chef de la police judiciaire. Cité dans le texte, un communiqué de la police neuchâteloise indique pourtant d’emblée que tout laisse à penser que celui-ci a mis fin à ses jours.

Au cours de la journée, la police confirme après enquête qu’Olivier Guéniat s’est suicidé. Elle précise qu’il a utilisé son arme de service. Cette information est alors portée en titre de l’information commune diffusée sur leurs sites internet par Le Matin, 24 heures et la Tribune de Genève (ainsi que par 20 Minutes).

Stop Suicide réagit en adressant un message aux rédactions numériques des quatre quotidiens. Cette association dévolue à la prévention du suicide est attentive aux possibles incidences des récits médiatiques. En l’espèce, elle relève que la mention dans le titre de l’arme de service pose problème. La Suisse est le pays européen où le plus grand nombre d’armes à feu est en circulation. L’accès en est relativement aisé, par les effets du système militaire de milice. Conjuguée à l’empathie suscitée par la personnalité d’Olivier Guéniat, la mention de l’instrument de la mort risque d’accroître les risques d’imitation.

La réaction de Stop Suicide est en phase avec la déontologie journalistique. La directive sur le suicide attachée à la Déclaration des devoir et des droits de la profession précise que «les journalistes renoncent à des indications précises et détaillées sur les méthodes et les produits utilisés». Dans ce cas, le seul argument pouvant expliquer la liberté prise avec la recommandation déontologique est l’évidence de l’instrument. Le mentionner est un moyen de couper court à d’autres suppositions.

Dans ce même communiqué, Stop Suicide salue la réserve de la presse romande, qui n’a pas spéculé sur les causes ou facteurs qui ont pu conduire Olivier Guéniat à se donner la mort. L’association a raison: sans être dûment étayées par des faits, de telles spéculations peuvent être sordides, selon les cas et les personnes.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

19/04/2017

De bons apôtres au chevet de la presse romande

Les grands bouleversements sont propices à l’ouverture de nouvelles perspectives. Ils s’accompagnent aussi de moments de désarroi. La presse écrite en Suisse romande vit des temps difficiles. Cela vaut au médiateur ce commentaire d’un lecteur: «Il ne fait aucun doute que c’est la perte de crédibilité de la presse qui la conduit à la ruine».

 L’avis est largement partagé. Il n’est que de se balader sur la plate-forme des blogs de la Tribune de Genève, sur celle de 24 heures ou alentour. Les bons apôtres se bousculent.

 Il suffirait, dit l’un, d’écouter enfin la voix du peuple, qui a l’accent de l’UDC. En Suisse alémanique, la Weltwoche cartonne. Les quotidiens, dit un autre, n’ont qu’à se distribuer gratuitement. 20 Minutes s’en sort fort bien. Selon un troisième, les motifs avancés pour expliquer la crise – la révolution de l’Internet et l’exode des annonceurs – ne seraient que des prétextes. Ils ne tromperaient personne. Voyez Le Courrier, valeureux survivant presque sans publicité ni moyens sophistiqués!

 Dommage! Les derniers chiffres d’audience publiés en avril sont de nature à rafraîchir les enthousiasmes. La Weltwoche perd plus d’un lecteur sur cinq en un an. 20 Minutes reste le titre le plus lu de Suisse, ses trois éditions linguistiques confondues; mais l’audience de l’édition papier en français est en recul.

 Nos bons apôtres ne sont pourtant pas avares de conseils. Les journaux retrouveraient leur crédibilité, leur public et leurs revenus s’ils se laissaient insuffler davantage de pluralisme ou de goût pour la recherche. S’ils résistaient à tout suivisme journalistique, s’ils osaient s’écarter du sillage des décideurs. Ou encore s’ils s’affranchissaient de l’influence morale de la bien-pensance.

Pourquoi ne pas en débattre? Il est toujours possible de faire mieux, d’approfondir plutôt que de survoler, de rencontrer des gens plutôt que de reproduire des dépêches, de partir à la découverte plutôt que d’attendre la chute des marrons à la rentrée.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

05/04/2017

Des Noirs, dealers au coin des rues

Voilà une lectrice mécontente! Elle ne l’envoie pas dire au dessinateur Herrmann, de la Tribune de Genève. Elle glisse sous enveloppe la coupure d’un dessin récent sur la vente de cannabis légal, assortie d’un double commentaire: «Pourquoi le dealer est-il forcément noir? Et s’il n’y avait pas tant de clients blancs?» Le dessin applique en effet cette répartition des rôles.

Faut-il y voir un indice de racisme? Gérald Herrmann s’en défend. «C’est très exactement la deuxième fois que je désigne un dealer en représentant un Noir». La vente de cannabis et autres stupéfiants au coin des rues n’est pourtant pas un sujet rare. Hermann lui a déjà consacré plusieurs de ses dessins quotidiens.

Chacun sait que s’ils vivent ou vivotent de leur trafic, les revendeurs de drogue n’en sont pas les principaux exploitants. Ils sont les instruments de gros trafiquants, selon des filières liées à leurs origines : aux Maghrébins  le cannabis, aux Albanais l’héroïne, aux Africains de l’Ouest la cocaïne. Cette répartition reste toujours d’actualité, confirme un porte-parole de la police, sans exclure une part de diversification. Du coup, en attribuant à des Noirs la revente de cannabis, fût-il illégal, le dessin allègerait plutôt la charge.

Les collaborateurs de la Tribune de Genève sont les témoins quotidiens du petit trafic qui, dès la fin du jour, se déroule sur le tronçon de la rue des Rois longeant le cimetière et dans des rues avoisinantes. Ils observent de temps en temps des interventions de policiers. Tous les revendeurs du quartier, au su et au vu de ses habitant ou des passants, sont des Noirs. Cette réalité devrait-elle être occultée?

Pour lire la suite et découvrir le dessin de presse sur la Page du médiateur, cliquer ici.

06/02/2017

Federer résiste au lexique religieux

Roger Federer, vainqueur du tournoi de Melbourne. On pouvait craindre le pire. Le pire ne s’est pas produit. Les titres des journaux romands ont été triomphants par la dimension de leurs caractères. Ils sont restés sobres par leurs contenus. Notées au vol, deux exceptions. Affichées curieusement par des quotidiens peu suspects de frivolité. L’un parle en titre de première page de «résurrection». L’autre proclame, en surcharge d’une photo du champion procédant à l’élévation de son trophée, «La canonisation attendra». C’est certain, Federer n’est pas encore sportivement mort.

Si prisé par la presse, le vocabulaire religieux cède ici clairement le pas au lexique de la chanson de geste. Il est question d’exploit, de légende, de héros, de «combat épique». «Il n’y a qu’un seul dieu dans le ciel du tennis», laisse néanmoins filer une plume de la presse régionale lémanique. Cette confession d’un monothéisme de la petite balle jaune coiffe «dieu» d’une minuscule, histoire de le désacraliser un brin.

Les narrations sportives ne sont pas avares de miracles et de souffrances christiques. Tel coureur cycliste vit un «calvaire» dans l’ascension du Mont Ventoux. Tel gardien de football se voit «crucifié» par une reprise de volée à dix mètres de la ligne de but. La «résurrection» de Federer s’inscrit dans cette nouvelle mouture du récit néotestamentaire.

Les appareils théologique et ecclésial sont aussi convoqués.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

11/01/2017

Le virus de la "post-vérité"

L’année écoulée n’a pas contribué à une remontée de la cote des médias dans l’opinion. Où qu’on en prenne la mesure, aux Etats-Unis, en Allemagne, en France ou ailleurs, cette cote est basse, et depuis longtemps. L’anémie de la crédibilité des médias est chronique. Elle pourrait atteindre son niveau d’étiage.

Cela tient pour beaucoup à la coïncidence dans l’actualité de plusieurs scrutins majeurs, dont les issues ont été contraires aux prévisions. Ces scrutins portaient sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (le Brexit); sur l’élection présidentielle aux Etats-Unis; sur l’élection primaire du candidat de la droite et du centre en vue de l’élection présidentielle de mai prochain en France.

Les résultats ont conduit à mettre en cause, le plus souvent sans nuance, le travail des journalistes – déclarations, polémiques, lettres de lecteurs, commentaires et tweets assassins. Les réseaux sociaux ont atteint sur le sujet un point de saturation.

Le débat s’est focalisé sur l’élection de Donald Trump. Plusieurs voix du journalisme aux Etats-Unis – prestigieuses, sinon unanimement respectées en dehors du métier –,  ont procédé à un impressionnant nostra culpa. Incapables de concevoir l’élection du magnat de l’immobilier à la Maison Blanche, les observateurs professionnels n’ont pas su en percevoir les indices annonciateurs. Des erreurs ont été commises. Des défaillances se sont produites. Ces voix en font l’aveu.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

19/12/2016

L'identité proclamée d'un pédophile britannique

Un ancien entraîneur britannique provoque le scandale dans le monde du football. Déjà plusieurs fois condamné, il est à nouveau poursuivi pour huit faits d’agression sexuelle sur mineur. Les actes auraient été commis au début des années 1980. L’homme  a travaillé pour divers clubs, dont Manchester City et Stoke City (la formation actuelle de l’international suisse Xherdan Shakiri).

L’annonce par les services du procureur de la Couronne met en émoi la Grande-Bretagne. Plusieurs joueurs de football accusent l’ancien entraîneur d’agressions sexuelles, subies alors qu’ils étaient encore adolescents. Le football est un sport universel, rien d’étonnant que la nouvelle fasse aussitôt le tour de la planète.

Les médias suisses s’en saisissent, comme beaucoup d’autres. La Tribune de Genève et 24 heures publient le même article circonstancié de leur correspondant commun à Londres, Tristan de Bourbon. Faut-il donner le nom de l’ancien entraîneur?

Le quotidien vaudois choisit de privilégier le thème et d’en élargir le champ. Il lui consacre le titre de tête de première page de son édition du 1er décembre. Il réserve une page entière à « la lutte délicate contre les prédateurs des vestiaires », évoquant les efforts de prévention de l’Association cantonale vaudoise de football. Le nom de l’inculpé, en toutes lettres, figure déjà à la première ligne du texte paru sous la manchette, soit sous le titre de la première page.

La Tribune de Genève, elle, ne porte pas l’affaire en «Une». Elle s’en tient au seul article du correspondant à Londres, placé en page intérieure. Le responsable de l’édition décide de désigner l’ancien entraîneur par ses seules initiales. La rédaction s’en tient à la consigne lors des deux premières occurrences, mais flanche à la troisième. Prénom et nom finissent donc par apparaître dans le texte. Qui plus est, le site Web du journal genevois, qui met en ligne des contenus communs aux titres de Tamedia, révèle non seulement l’identité du prévenu, mais publie sa photographie reprise du Daily Mirror.

Pour le dire brièvement, le traitement par 24 heures s’accorde à celui que réserve à l’affaire la plupart des médias; le traitement par la Tribune de Genève, dans son édition imprimée, se veut d’abord respectueux des normes déontologiques.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

11/10/2016

Les démentis restent ouverts à la critique

L’insertion dans les colonnes d’un journal d’une rectification ou d’une précision permet de retoucher une information incorrecte ou incomplète. Elle est l’affaire de la rédaction, qui prend sur elle d’opérer la correction (voir la Page du médiateur, 21 juin 2016).

Le démenti est d’une autre nature. Il s’impose de l’extérieur. L’initiative en est prise par une personne, une entreprise ou une institution mêlée à une affaire traitée par les médias. La présentation des faits est contestée, d’éventuelles accusations sont déclarées sans fondement.

Le démenti  peut intervenir à tout moment. Il est souvent intégré à l’exposé même des faits. Le journaliste est tenu par sa déontologie d’entendre avant toute publication une personne faisant l’objet de reproches graves. C’est donner à cette dernière la possibilité de se défendre, voire de dénier tout motif à de tels reproches. Sa position doit être alors reproduite «de manière loyale» dans le même récit médiatique.

Il existe des exceptions: si les reproches proviennent de sources officielles publiques – par exemple, de jugements de tribunaux; si les reproches et la réaction de la personne ont été déjà portés à la connaissance des lecteurs – la réaction de l’intéressé ne pourrait cependant se voir escamotée dès lors que les reproches eux-mêmes seraient rappelés; si un intérêt public prépondérant le justifie.

Il n’est pas rare néanmoins qu’une rédaction reçoive un démenti après publication. Par exemple, lorsque l’audition requise de la personne mise en cause n’a pu avoir lieu. Ou qu’un acteur autre qu’elle se sent également visé. Ou encore qu’il y a eu négligence ou trop prompt recours à la notion d’intérêt public prépondérant. Il convient alors d’en faire état publiquement, de manière non moins loyale. Dans certains cas, la parution d’une lettre de lecteur peut convenir.

Cette ouverture à l’information contradictoire n’interdit pas à un média de maintenir ses informations, pour autant que ses sources soient sûres. Elle ne lui interdit pas non plus de soumettre le démenti à la critique.

Pour lire la suite sir la Page du médiateur, cliquer ici.

27/09/2016

La presse écrite cherche des sous

iciPartout, l’argent manque. Pour faire plus, mieux, nouveau. Pour continuer à faire, tout simplement. Les universités, les institutions culturelles ne comptent plus sur les seules contributions des collectivités publiques. Celles-ci ne suffisent pas à assurer des prestations ni à satisfaire des ambitions répondant à un jeu de concurrence de plus en plus sévère. La recherche de fonds est devenue une activité à part entière. Des fondations sont sollicitées, le parrainage et le mécénat sont encouragés.

Par son ampleur, le phénomène est nouveau. Il est exposé à des dérapages. L’exemple académique le plus caricatural, et pourtant réel, est la recherche sur le cancer des poumons financée par l’industrie du tabac. Dans domaine culturel, le risque est celui de l’intervention d’un parrain généreux en mal d’influence sur les choix artistiques. L’apport de fonds extérieurs ne devrait donc pas échapper au respect de règles et de normes qui assurent à la fois l’indépendance des institutions et la transparence quant à leurs origines et conditions.

La presse écrite quotidienne se trouve aujourd’hui dans une situation analogue. Elle ne reçoit certes pas de fonds publics, bien que l’information semble être considérée encore comme un bien commun en démocratie. Depuis bientôt deux siècles, elle tire ses ressources de ses ventes et de ses recettes publicitaires. Mais son modèle économique est atteint d’anémie.

Partout dans le monde, les tirages des journaux s’érodent, même parmi les plus grands. Partout, les volumes publicitaires se ratatinent. Les deux sources financières de la presse sont en voie d’assèchement.

La presse écrite quotidienne subit deux migrations massives: celle des lecteurs, et d’abord des plus jeunes, celle d’annonceurs autrefois très présents sur le marché de l’automobile, de l’emploi, de l’immobilier, des petites annonces. Tout le monde se retrouve désormais sur le Net.

Les journaux se lancent donc à leur tour dans la recherche de fonds. Les pratiques de deux quotidiens romands se voient discutées.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

23/08/2016

Trump: c'est la faute aux médias!

A la mi-août, Donald Trump envoie une salve de messages sur son compte Twitter. Il dénonce l’action des médias. Coupables à ses yeux de la baisse des intentions de vote en sa faveur. Et d’une «protection» dont jouirait à ses yeux la candidate démocrate Hillary Clinton.

Il semble que cette brusque éruption soit provoquée par une enquête du New York Times, publiée la veille. L’article évoque les interrogations d’une équipe de soutien sur la capacité du candidat républicain à hausser son niveau.

Au même moment, un éditorial du Wall Street Journal suggère qu’à défaut de professionnaliser sa campagne dans les plus brefs délais, Donald Trump serait bien inspiré de se retirer au profit de son colistier Mike Pence. Depuis lors, son équipe tente tant bien que mal de corriger le tir.

Avant l’élection primaire, le magnat de l’immobilier s’en est déjà pris plus d’une fois à la presse: attaque contre une journaliste de Fox News, chaîne de télévision pourtant peu suspecte d’antipathie envers son parti; menace de suspension de l’accréditation du New York Times, permettant aux journalistes du quotidien de suivre sa campagne; mise au ban du Washington Post, en raison d’articles critiques; altercation avec la presse au sujet d’une promesse de dons, non suivie, à des anciens combattants; jusqu’à l’évocation d’une modification de la loi, afin de rendre plus faciles les actions en justice contre les entreprises d’information.

Le nouveau médiateur du New York Times, Jim Rutenberg, n’a pas attendu le dernier éclat du milliardaire pour signaler les dommages  collatéraux causés par cette candidature sur les pratiques journalistiques. «Trump teste les normes de l’objectivité en journalisme», affirme le titre de sa chronique parue le 8 août dans le quotidien.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

21/06/2016

Rectification et précision: mode d'emploi

Aucun journaliste ne saurait prétendre à l’infaillibilité. Dans l’exercice du métier, le risque d’erreur est permanent. Il peut être dû aux circonstances, à la complexité d’une situation, aux dérobades de certains acteurs. Il peut l’être bien entendu à des défaillances professionnelles, à un travail précipité ou bâclé. Le constat en a déjà été plus d’une fois établi sur la Page du médiateur. Il appartient dès lors au journaliste de corriger ses erreurs aussitôt qu’il en a connaissance. Un journalisme de qualité se signale par la faculté de reconnaître les manques et de rétablir sans attendre la vérité des faits.

Ce qui s’applique au journaliste s’étend à son organisation. Les médias ne sont pas moins concernés. La frontière est souvent floue entre les fautes des journalistes, qui sont individuelles, et les défauts des médias, qui sont collectifs et structurels: vulnérabilité aux pressions du milieu social et économique, soumission aux lois de la concurrence, incitation à accélérer la circulation de l’information. Les médias sont aujourd’hui confrontés à l’exigence indépassable d’immédiateté, qui appartient à l’ADN de l’internet et des réseaux sociaux.

Votre médiateur est régulièrement saisi de réclamations portant sur la relation des faits. Les plaintes ne dénoncent pas forcément des erreurs. Elles signalent aussi des imprécisions. Le traitement en est distinct.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

06/06/2016

Proche-Orient: victimes ou agresseurs?

Quelle réponse apporter aux lecteurs qui se plaignent de déformations systématiques dans la relation des faits? Et le plus souvent les dénoncent comme délibérées?

«This is the column I never wanted to write»: voici la chronique que je n’ai jamais voulu écrire. C’est par ces mots que la médiatrice (public editor) du New York Times, Magaret Sullivan, commençait l’une de ses dernières chroniques de l’année 2014. Elle revenait sur l’été sanglant dans la région de Gaza. Elle traitait, inévitablement, des reproches adressés à la rédaction du Times de manquer d’impartialité dans ce conflit.

La lecture de sa chronique apportait de nombreuses confirmations quant à la difficulté à convaincre de la bonne foi d’une rédaction des lecteurs qui se sont fait une fois pour toute leur opinion. Il n’est pas aisé de plaider le respect des règles professionnelles par les journalistes et leur recherche de l’impartialité dans la couverture de situations gangrénées par la propagande.

Votre médiateur ne pouvait manquer de se reconnaître alors dans les embarras de son homologue newyorkaise. Au cours du même été 2014, il a été confronté à des réactions analogues, sous forme de lettres de lecteurs, de commentaires en ligne sur le Web ou de messages personnels.

Depuis lors, les choses n’ont guère changé. Le médiateur (readers’ editor) du quotidien britannique The Guardian, Chris Elliott, fait état de semblables accusations. Le conflit entre Israël et la Palestine appartient aux sujets qui provoquent le plus grand nombre de réclamations. Elliott relève que la plupart des plaintes émanent de partisans d’Israël, qu’il s’agisse de personnes privées, de groupes de pression ou des services de l’ambassade d’Israël à Londres.

Il signale cependant un changement significatif. Depuis la multiplication des agressions contre des sujets israéliens, commises par des Palestiniens utilisant des couteaux, des armes à feu ou des véhicules, ce sont pas les articles qui font l’objet principal de critiques, mais leurs titres. Selon un attaché de presse de l’ambassade d’Israël, les titres opèrent un renversement systématique: l’agresseur est présenté comme une victime.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

18/05/2016

Les vagues médiatiques des "Panama Papers"

La divulgation de données en provenance du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca commence début avril. Elle concerne des comptes offshore, placés donc sous la juridiction d’un Etat qui n’est pas le pays de résidence des détenteurs des fonds. L’affaire est d’une ampleur exceptionnelle, onze millions et demi de fichiers. Elle est passée dans l’actualité sous l’appellation de «Panama Papers».

A l’origine, une source anonyme transmet les données de Mossack Fonseca à la Süddeutsche Zeitung, quotidien réputé pour le sérieux de ses enquêtes. Selon ses dires, le lanceur d’alerte a essuyé auparavant le refus d’autres organisations médiatiques. Le journal allemand voit mal comment venir à bout d’une telle masse. Il fait appel à une organisation de journalistes préconisant la collaboration par-dessus les frontières, basée à Washington: le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

Près de quatre cents professionnels, plus de cent rédactions s’attellent au décryptage des données. Les résultats sont distillés dans leurs pays respectifs, 76 au total, pendant cinq semaines. D’un territoire à l’autre, l’information se diversifie selon la qualité des protagonistes, la nature des fonds, leurs liens éventuels avec des crimes ou délits comme le trafic de drogue ou la corruption.

Les matériaux se sont accumulés pendant quarante ans. Ils ne sont pas tous également intéressants ni pertinents. Ils contiennent de nombreuses données de comptes qui ont été fermés ou qui sont devenues obsolètes. L’examen des archives de Mossack Fonseca requiert du discernement.

L’opération conduit néanmoins à la mise au jour de renseignements substantiels, actuels ou récents.

Elle présente au moins trois volets.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

02/05/2016

Drame du Grand-Pont et retour sur information

Le 8 juillet 2003, un chauffard lance sa voiture contre des passants en plein cœur de Lausanne, au moment de la pause de midi. Trois personnes sont tuées, sept autres blessées. C’est le drame du Grand-Pont, resté fameux dans la capitale vaudoise et même au-delà. L’homme qui tenait le volant de la «voiture folle» en réchappe, il est incarcéré.

L’affaire est peu commune et fait grand bruit. Trois mois plus tard, un journaliste publie dans un magazine illustré un article portant notamment sur des aspects personnels du prévenu et sa vie en détention. Les pièces utilisées appartiennent au dossier de l’instruction. Le journaliste déclare les avoir reçues anonymement.

Avec le recul, le contenu même de l’article paraît plutôt anodin. Sa publication suffit cependant à fonder une action en justice. L’enjeu est de trancher entre la liberté d’expression du journaliste et la publication de documents officiels secrets.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

17/03/2016

Cisjordanie: à l'école de la rectification

L’édition du Matin du 24 février a publié dans sa rubrique «Le monde en images» une photographie accompagnée d’une légende fautive. La même photographie et la même légende ont été reprises dans l’édition web du journal, le même jour.

Dans cette histoire, rien n’est anodin. La photographie montre une douzaine d’enfants assis sur des chaises, en plein air. Ils sont placés devant un drapeau palestinien, planté dans ce qui ressemble à la sortie au sol d’une gaine technique. Ils écoutent une jeune femme voilée au visage découvert.  Derrière eux, un peu plus loin, des constructions de fortune, genre bidonville. A l’arrière-plan, sur une crête, la silhouette d’une bourgade.

Placée sous le titre «A rude école», la légende dit ceci: «Cisjordanie. Leur salle de classe ayant disparu sous les bombes lors d’un raid de l’aviation israélienne, c’est en plein air que ces jeunes Palestiniens suivent leurs cours à Al-Azariya».

L’image est portée au crédit de l’Agence France-Presse (AFP)  et d’un photographe nommé Ahmad Gharabli.

En soi, elle interroge. Pourquoi des enfants dépourvus de tout matériel scolaire? Ils semblent réunis en vue d’une photo de classe plutôt que pour un cours. Pourquoi une institutrice sans le moindre support d’enseignement?  La destruction de l’école peut tout expliquer. Mais pourquoi la présence des couleurs palestiniennes? S’agit-il d’une « tranche de vie » en territoire cisjordanien ou d’une mise en scène de propagande?

C’est pourtant la légende qui pose le problème le plus aigu.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.

03/03/2016

De quoi la schizophrénie est-elle le nom?

Maladie mentale, la schizophrénie représente pour qui en souffre un lourd handicap. Elle se caractérise par une désorganisation psychique qui se manifeste par l’ambivalence des pensées et des sentiments. Elle se traduit par une conduite paradoxale. Elle entraîne une perte de contact avec la réalité et un repli sur soi. Par ses symptômes, des crises, elle est porteuse d’inquiétude pour l’entourage familial et social.

Comme l’ensemble des maladies mentales, elle est loin d’être partout traitée dans le monde à hauteur de sa gravité, ni même reconnue. Tous les pays n’offrent pas aux malades les soins de médecins et d’établissements spécialisés. Loin de là. La schizophrénie, selon les temps et les régimes, a souvent servi de commode passeport pour des asociaux et des dissidents politiques, envoyés dans des camps ou maintenus sous régime pénitentiaire.

En quoi cette triste réalité concerne-t-elle les médias? En premier lieu au titre de leur devoir de vigilance envers les abus de pouvoir et de défense des droits de l’homme. Il ne s’en sont pas privés à l’époque du goulag. Leur attention a été plus inégale par la suite, en d’autres régions de la planète où le déni de la maladie mentale est largement partagé.

Concernés, les médias le sont aussi par l’usage du terme «schizophrénie» qui est couramment le leur. Diverses études internationales démontrent  que le discours de la presse suscite une stigmatisation de la maladie capable d’influencer les politiques de santé et les soutiens privés.  Les médias tendent par ailleurs à la banaliser en lui attribuant un sens métaphorique,  contribuant ainsi à une incompréhension.

Pour lire la suite sur la Page du médiateur, cliquer ici.